Pelouse-et-Gazon.fr

Gazons : le pluriel s’impose

Pour le néophyte, il y a peu de raisons de différencier des types de gazon tant ils se ressemblent tous. Pourtant il y a gazon et gazon. Les caractéristiques, les performances, la résistance de ceux-ci au piétinement ou aux maladies dépendent de la composition en graines de ceux-ci. Derrière le terme gazon se cachent en effet plusieurs espèces de graminées qui, en proportions variées, définissent les grands types qui sont présentés ci-dessous.

Le gazon des jardins d’ornements

Les jardins d’ornements bordent les châteaux prestigieux, les grands domaines privés ou les parcs à vocation paysagère. Ils comportent des espaces engazonnés à des fins esthétiques, encadrés par des haies taillées au carré. Si l’on prend soin d’observer le type de gazon que l’on y trouve, on se rend compte que celui-ci semble composé de brins identiques, coupés courts, donnant une impression de perfection. Il semble même artificiel tant il est régulier. Ne parle-t-on pas de « green anglais » après tout ? Pour obtenir ce type de gazon, le mélange ne contient pas de plantes recouvrantes ou traçantes. On retrouve un mélange constitué de 80 % de fétuques rouge et ovine, et de 20 % de ray grass anglais, cette graminée à pousse lente et fine.

Un gazon à vocation ornementale doit être tondu toutes les semaines en période de pousse. Il supporte parfaitement ce rythme qui permet de maintenir sa densité en brins.
Pour entretenir idéalement ce type de gazon et en tirer le meilleur résultat (esthétique, résistance) la tonte à la tondeuse hélicoïdale (tondeuse « anglaise ») est recommandée.

Le gazon du jardin plaisir

Le jardin plaisir, c’est celui que l’on a chez soi. Loin de la perfection citée précédemment, ce gazon est davantage rustique car il doit supporter un piétinement modéré, parfois important près des balançoires et des zones de passage. Pour autant il garde un aspect esthétique indéniable. Les jardins privatifs sont semés en gazon car celui-ci favorise le jeu, évite les chutes qui blesseraient les enfants, et apporte un cadre de vie paisible.

> Pour en savoir plus, consultez : Quelle est la différence entre une pelouse et un gazon ?

On n’utilise que des espèces de graminées du type fétuque élevée (60 % en général), ray grass anglais (10 %) et fétuque rouge traçante (30 %).

En général, selon les années, on dit qu’il faut effectuer 12 tontes par an de gazon chez soi. Ce chiffre est cependant très variable car tondre en période de sécheresse condamnerait à coup sûr votre pelouse. Il faut donc adapter cette valeur aux conditions météorologiques, et surtout à votre seuil de tolérance. Des jardiniers aiment que le gazon ne mesure pas plus de deux centimètres de haut tandis que d’autres optent pour des tontes plus espacées.

Les gazons sports

Si l’on excepte les terrains de golf qui nécessitent des mélanges très précis et doivent comporter des graminées qui acceptent une coupe extrême, les terrains de sports utilisent des gazons très rustiques, résistants au piétinement et supportant des conditions d’humidité, de sécheresse estivale, de froid et de chaleur importantes. L’utilisation de surfaces engazonnées lors de la pratique de certains sports est nécessaire. On imagine mal l’effet dévastateur de plaquages au rugby qui seraient effectués sur un terrain synthétique ou stabilisé. Ce qui est recherché à travers ces mélanges, c’est la performance. Le terrain ne doit pas être parsemé de taches de pissenlits qui poussent entre les brins verticaux. Les espèces couvrantes sont davantage recherchées. On trouve classiquement des compositions contenant 30 % de ray grass anglais, 30 % de fétuque élevée et 20 % de fétuque rouge traçante.

Si un green de golf doit être tondu tous les jours, un gazon très piétiné doit être préservé jusqu’à atteindre une hauteur de 4 à 5 centimètres. Il peut alors être tondu. Cela permet la régénération des brins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *