Pelouse-et-Gazon.fr

Gazon : tout sur la création d’un gazon

Découvrez notre guide sur la création du gazon

Besoin de semences de gazon ? D’une nouvelle tondeuse ? D’outils d’entretien ?
> Achetez vos produits en ligne sur Tondeogreen.com

Préparation du terrain, connaissance des mélanges de semences, techniques de semis, premiers entretiens… Pelouse & Gazon vous délivre les 5 étapes primordiales pour créer son gazon dans des conditions idéales à son développement.

I. La préparation de votre projet de création du Gazon

La première étape consiste à définir vos envies et à savoir si elles sont réalisables. Pour cela, vous allez devoir commencer par vous organiser, puis vous poser quelques questions, vous renseigner sur votre environnement, ainsi qu’obtenir une vue d’ensemble sur les produits du marché.

Cette étape peut paraître un peu rébarbative ; elle est en réalité très enrichissante, elle stimulera votre curiosité, votre créativité et suscitera tout votre intérêt !

Préparer son projet, c’est comprendre son environnement et savoir l’écouter, afin de mieux s’y adapter et d’en tirer le meilleur pour obtenir le gazon parfait !

1. Définir vos besoins et vos envies concernant votre gazon

Pour pouvoir bien choisir son mélange de semences de gazon et savoir si vous allez devoir amender le sol de votre jardin, posez-vous ces questions suivantes :

Un gazon, pourquoi faire ?

Pourquoi avez-vous décidé de créer un gazon chez vous ? Doit-il être décoratif (appelé gazon d’ornement) ou plutôt pratique ?

Comment allez-vous profiter de votre pelouse ?

Piétinement occasionnel ou intense ? Des jeux et sports seront-ils pratiqués dessus ? Sur la totalité du gazon ou par parcelles ? Êtes-vous plutôt pelouse haute avec un effet naturel ou souhaitez-vous un gazon à l’anglaise (court et dense) ?

Quel temps comptez-vous consacrer à l’entretien ?

Essayez d’évaluer le temps que vous pouvez consacrer à votre gazon, sachant qu’aux périodes de forte croissance (fin printemps, début automne), une tonte hebdomadaire est recommandée. Certains mélanges demandent plus d’entretien que d’autres.

Quelle est la surface de votre jardin à couvrir ?

Cela vous permettra de savoir la quantité de semences de gazon à acheter.

Avez-vous un budget défini?

Certaines semences sont plus qualitatives que d’autres (type de graminées utilisées, récence des graines, conditionnement optimal ou non). Il est important de trouver le juste milieu entre la qualité de son gazon et son budget.

2. Connaitre son environnement

L’environnement dans lequel va devoir se développer votre gazon est un paramètre à prendre absolument en compte. Bien le connaître va vous permettre de choisir un gazon qui saura se servir des ressources environnementales et ainsi s’épanouir durablement.

Les conditions météorologiques

Le gazon ne se développe pas de la même façon du Nord au Sud. Les conditions météorologiques influent grandement sur la pelouse. Votre jardin bénéficie-t-il d’un micro-climat ? Sera-t-il fortement soumis aux pluies ou à la sécheresse ? Qu’en est-il de la chaleur et des écarts de températures ?

Les zones sur votre terrain

Votre terrain ne subira pas les mêmes conditions uniformément. Repérez les endroits qui pourraient poser un problème : une zone trop ombragée par les arbres qui risque de rester humide et sans soleil, une dénivellation qui pourrait engendrer une rétention d’eau trop importante à certains endroits, …
Vous pouvez y remédier en changeant votre plan de gazon, en envisageant d’égaliser le terrain, ou de choisir des mélanges de semences à toutes épreuves, voire choisir différents mélanges pour les différentes zones.

3. Connaitre son terrain et son sol

La nature du sol

La composition de votre sol est une donnée primordiale pour votre gazon. La connaître vous évitera des mauvaises surprises, et vous permettra d’optimiser votre entretien du gazon.

5 structures de sol sont remarquables :

  • La terre argileuse : lourde, dure quand elle est sèche et collante quand elle est humide. Elle se moule et se manipule facilement. Elle retient bien l’humidité et les minéraux, très favorable si elle est enrichie en élément nutritif. Elle reste difficile à travailler car compact. Il faut alors l’alléger
  • La terre sablonneuse : très friable et perméable. Elle est trop filtrante et ne va pas retenir suffisamment les éléments nutritifs. Il faut alors régulièrement apporter de la matière organique. Ce sol est à compléter avec une bonne terre de jardin pour combler ses lacunes.
  • La terre calcaire : terre assez riche en cailloux et boueuse par temps humide. Elle doit être amendée fréquemment avec un peu de sable pour alléger sa structure, mais surtout compost et engrais.
  • La terre humifère : Légère et de couleur foncée, elle est riche en nutriments et retient bien l’eau. Elle peut être trop acide. Il faut donc lui ajouter un peu de terre argileuse ou calcaire ainsi que la chauler pour la corriger.

Une fois la structure du sol bien maitrisée, il faut voir si la terre est bien fournie en éléments nutritifs. Si elle ne l’est pas suffisamment, il faut alors lui apporter du bon compost, de l’engrais chimique (diffusion rapide) ou de l’engrais organique (diffusion lente).

Il existe des mélanges de semences créés spécialement pour les sols difficiles.

Si votre sol est difficile, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Ajouter une couche de bonne terre (terre favorable au gazon) sur toute la surface et sur 20 à 30cm : cette solution est compliquée en terme de logistique et est assez coûteuse.
  • Procéder à un amendement pour changer la structure de votre sol : compléter les faiblesses de votre sol en apportant son opposé. En mélangeant les 2 types, votre sol sera ainsi plus équilibré. Un apport de matière organique (engrais et compost) peut également être une bonne option en plus.
  • Amender légèrement votre sol en améliorant sa structure, mais opter tout de même pour un mélange de semences de gazon spécialisé pour votre sol difficile.

La forme de votre terrain

En plus de la nature du sol, votre terrain va influer sur la gazon de par sa forme.
Certains terrains non plat peuvent créer des rétentions d’eaux fatales au gazon. La surface sera molle et vous ne pourrez pas y marcher sans vous y enfoncer. L’idéal pour tout terrain est de créer une légère dénivellation progressive afin de favoriser un écoulement de l’eau en cas de fortes pluies (vers un fossé par exemple).

4. Le choix des mélanges de semences à gazon

Il est temps de découvrir les mélanges de semences qui pourraient convenir à votre gazon.

  • Le gazon Rustique : le gazon un peu universel qui demande moins d’entretien. Il va pouvoir être tondu plus haut, et plus résistant qu’un gazon fin.
  • Le gazon Sport : le gazon sport est fait pour résister aux piétinements intenses.
  • Le gazon Jeu : est plus résistant aux piétinement qu’un gazon classique
  • Le gazon Anglais : le gazon typique des pelouses anglaises. Il est fin, peut être tondu court, et fait pour être entretenu très régulièrement.
  • Le gazon Prairie : un gazon peu classique parsemé de fleurs et d’autres herbes. Il est fait pour obtenir un effet prairie et campagne naturelles.
  • Le gazon Ombre : un mélange de semences de gazon s’acclimatant mieux au manque de soleil et à l’humidité.
  • Le gazon Soleil : un mélange de semences qui résiste mieux à la chaleur et au soleil
  • Le gazon Littoral : un gazon adapté à l’atmosphère du bord de mer

Énormément de mélanges de semences de gazon sont réalisables et trouvables un peu partout. Certains seront plus adaptés à une terre que d’autre. Nous vous conseillons d’opter pour un sac qui indique exactement sa composition en graminées.

5. Planifier la création, définir les étapes et gérer le calendrier

Vous pouvez maintenant envisager les travaux à réaliser et vous organiser avant de semer votre gazon.
Un semis prendra environ 4 à 5 semaines avant de passer à la première tonte. Si vous procédez à un faux-semis, celui-ci prendra également 4 à 5 semaines.
En fonction de la taille et de l’état de votre terrain, les travaux de nettoyage et d’amendements prendront plus ou moins de temps : essayer de cerner au mieux le temps que cela vous prendra pour ne pas rater l’occasion d’avoir une belle pelouse au moment souhaité.

II. La préparation du terrain

Avant le semis, il va falloir s’assurer que le terrain est comme vous le souhaitez, que ce soit par la forme, par sa consistance, mais aussi par ce qu’il apportera à votre gazon.

1. Le nettoyage du sol

Si vous créez votre première pelouse, votre terrain est probablement en jachère et il risque de contenir des pierres dans les 30 premiers centimètres de la surface, ainsi que bon nombre de « mauvaises » herbes et graines en tout genres.

Commencez par retirer le « gros » : les grosses pierres, les souches, les débris imposants… tout ce qui vous encombre et qui risquerait d’endommager le motoculteur si vous en utilisez un.

Une fois tous les débris retirés, retournez la terre, idéalement sur 30cm. Utilisez pour cela un motoculteur. Si votre terrain n’est pas très grand, vous pouvez envisager de retourner la terre à la bêche.

Retourner la terre va permettre de faire remonter certains débris mais aussi de supprimer les mauvaises herbes. Votre sol sera dans les meilleures conditions si il est libéré de ces inconvénients.

Pour préserver au mieux votre terrain des mauvaises herbes, vous pouvez procéder à ce que l’on appelle un faux-semis. Ce faux-semis consiste à préparer la terre comme pour procéder au semis du gazon. Dans ces conditions idéales, les graines de mauvaises herbes encore contenues dans votre terre commenceront à germer. Une fois sortie de terre, passez un coup de crochet pour les déraciner. Votre terre sera ainsi comme purgée, et vous aurez moins de risques de voir apparaître les mauvaises herbes rapidement.

2. Donner forme à son terrain

Travailler la terre va être l’occasion pour vous de donner forme à votre terrain, dans un but pratique comme dans un but esthétique.
Côté pratique : sachez qu’un léger dénivelé facilite l’évacuation de l’eau. Si vous souhaitez un système d’arrosage automatique qui sort de terre, c’est le moment parfait pour l’installer.
Pour le côté esthétique : les paysagistes aiment créer des différences de hauteur, bosses et dénivelées, pour créer des atmosphères différentes au sein du même jardin, ou encore pour donner un effet de profondeur et ainsi « agrandir » le jardin.

3. Modifier la structure du sol, amendements et apports organiques

En fonction de votre sol, vous pouvez être tentés de modifier sa structure. Vous pouvez alors choisir de faire amener de la bonne terre, ou alors équilibrer votre terre actuelle en trouvant le bon complément à sa structure. Les terres devront alors être mélangées pour obtenir un résultat uniforme. Vous pouvez réaliser ce mélange au motoculteur ou à la bêche.

Une fois la question de la structure du sol réglée, passez aux apports organiques. Ces derniers vont alimenter le développement de la partie « vivante » en surface de terre, et vont être nourrissant pour le gazon, qui pourra se développer pleinement dès le semis.

4. Niveler le terrain

Une fois votre terrain nettoyé, amendé, formé, il faut le préparer à recevoir le semis. Nivelez le sol parfaitement : plus de bosses, plus de mottes, plus de creux, cette dernière phase sera la base de votre gazon.

III. Semer son gazon

Ça y est, vous y êtes ! Les gros travaux sont finis ! Vous pouvez passer sereinement au semis de votre gazon tant attendu.

1. Les conditions parfaites pour semer

Si votre sol n’est plus tout à fait propre depuis les travaux de terre, nettoyez-le. Veillez à ce qu’il soit toujours bien nivelé.
Au niveau des conditions météorologiques, choisissez un jour calme, sans bourrasques de vent. Le vent disperserait les graines et votre semis sera à refaire. Dans le meilleur des cas, il faut semer lors d’une journée douce (15-20°) mais sans sécheresse. Un bon sol pour le semis est sec et granuleux en surface, et humide en profondeur.
Si possible, passez le râteau sur votre terre afin de créer de fins sillons des lesquels les semences de gazon pourront se tenir.

2. Le semis

Selon la surface de votre terrain, vous pourrez semer à la main (à la volée), ou à l’aide d’un semoir. Le but est de répartir les semences uniformément sur la surface du sol.
Le semoir aide diffuser uniformément les graines, mais vous pouvez très bien vous en sortir en semant à la main. Prenez une poignée de gazon et répartissez la à la jetant à la volée sur le m2 devant vous. Commencez par des allers-retours dans le sens de la longueur jusqu’à avoir couvert toute la surface. Puis effectuez d’autres allers et retours dans le sens de la largeur, afin de bien combler toute la surface. Vous avez ainsi formé un semis croisé, pour un gazon garnit uniformément.

3. Recouvrir les semences de gazon et rouler la surface

Une fois la surface ensemencée, repasser le râteau afin de recouvrir légèrement les semences.

Vous pouvez procéder à un dernier léger apport de matières organiques (compost et engrais).

Enfin, roulez la surface avec un rouleau léger afin de bien appliquer les semences à la terre et permettre leur germination.

IV. Prendre soin du semis et favoriser la germination

Il va maintenant falloir être un peu patient et veiller sur votre semis de gazon.

Attention à ne pas marcher dessus le temps de la germination.

1. Arroser et maintenir la terre humide

Les semences auront besoin d’humidité pour germer correctement. Vous pouvez commencer à arroser juste après le semis. Le but va être de garder une terre humide sans la détremper. Essayer de maintenir cette terre humide en arrosant légèrement mais régulièrement pendant 15 jours.

2. Un coup d’œil sur la surface

Veillez à ce que votre surface reste propre (pas de chute de feuilles, pas de débris quelconque) afin de ne pas étouffer la germination.

Si vous remarquez des endroits où votre gazon ne germe pas du tout, vous pouvez effectuer un sur-semis à la volée si ces endroits sont atteignables sans avoir à marcher sur la pelouse. Sinon, attendez de pouvoir marcher sur votre pelouse et la première tonte pour effectuer ce regarnissage. La différence sera rattrapée rapidement.

V. Le premier entretien de votre gazon !

Votre gazon a atteint 8 à 10 cm de hauteur ? C’est le moment d’en profiter !

1. La première tonte

La première tonte est importante pour le développement du jeune gazon. Votre tondeuse doit avoir ses lames aiguisées afin de ne pas arracher le gazon. Dans l’idéal, utilisez une tondeuse hélicoïdale. Un gazon coupé soigneusement est un gazon qui ne gaspillera pas ses ressources à se soigner.

2. Premier passage du rouleau

Votre gazon est tondu mais pas encore très dense ni très « attaché » au sol. Rien de plus normal pour un jeune gazon. Vous allez devoir le rouler pour favoriser un tallage des graminées. Le roulage favorise un gazon dense et limite l’apparition de mauvaises herbes.

3. Les derniers ajustements

Votre pelouse n’est pas garnie uniformément ? Réalisez un sur-semis ! Procédez à la volée comme pour le semis sur les zones peu engazonnées. A savoir que le gazon va prendre un peu de temps à avoir un effet recouvrant. Ne vous affolez donc pas et laisser le temps faire. La tonte et la roulage densifieront votre gazon tout neuf !

Votre gazon est enfin créé ! Vous pouvez maintenant passer à > l’entretien de votre gazon !